« Aapriss » est une plateforme d’expertise interdisciplinaire, spécialisée dans les déterminants sociaux de la santé, les inégalités sociales de santé et le transfert de connaissances créée en 2013 par l'IFERISS. Son activité joue un rôle d’interface entre les espaces de l’action, de la recherche et de la décision publique. Par son engagement aux côtés de la société civile et auprès des espaces de la décision publique, la plateforme Aapriss s’intègre à des réseaux professionnels diversifiés, innovants et structurants.

Quatre objectifs

Proposer une expertise sur les inégalités sociales de santé

Pour favoriser la circulation des savoirs, la plateforme propose des formations professionnelles autour des dernières connaissances de la recherche sur les inégalités sociales de santé. Nous mobilisons également les compétences des chercheurs au travers des ateliers d’échanges méthodologiques et scientifiques sur la thématique, la rédaction de rapports d’état des connaissances, des études courtes et ciblées, etc.

Accompagner le transfert des apports de la recherche

La plateforme agit pour l’appropriation des connaissances et leur intégration à la pratique professionnelle. Nous proposons d’accompagner la réflexion des professionnels, par exemple pour la construction d’interventions en santé, leur transférabilité ou d’accompagner la conception de l’évaluation.

Soutenir la recherche collaborative émergente

Forte de son expérience et de son réseau, la plateforme facilite et accompagne le montage de projet de recherches collaboratives en santé publique, en réunissant les conditions favorables à leur développement.

Plaider pour la réduction des inégalités sociales de santé

La plateforme poursuit ses interventions dans tous les champs d’activités pour sensibiliser à la réalité des inégalités sociales de santé dans notre société et l’importance d’en tenir compte.

Organisation et fonctionnement

La gouvernance de la plateforme Aapriss est assurée par une équipe opérationnelle et un bureau composé de chercheurs et enseignants-chercheurs issus de plusieurs disciplines, experts dans la recherche collaborative ou interventionnelle.

L'équipe opérationnelle qui anime et gère les affaires courantes se réunit une à deux fois par mois.Le bureau qui se réunit une fois par mois constitue l’espace de pilotage stratégique de la plateforme, de même qu’un espace privilégié d’échanges et d’évaluations autour des sollicitations faîtes à la plateforme d’expertises.

L'équipe opérationnelle

La plateforme est dirigée par Cyrille Delpierre, directeur de recherche Inserm au CERPOP UMR 1295, et coordonnée par Charlie Marquis, chef de projets, en collaboration avec Jasmine Marty, chargée d'études et de projets pédagogiques et Marjolaine Huot-Royer, secrétaire-générale de l’IFERISS.

Le bureau
  • Cyrille Delpierre, épidémiologiste social, directeur de recherche Inserm, directeur du CERPOP UMR 1295
  • Pascale Grosclaude, épidémiologiste et médecin de santé publique, professeur hospitalier à l'Institut Universitaire en Cancérologie de Toulouse, directrice du Registre des cancers du Tarn, membre du CERPOP UMR 1295
  • François Sicot, sociologue de la santé, professeur au LISST UMR 5193
  • Charlie Marquis, chef de projets et coordinateur de la plateforme Aapriss
  • Jasmine Marty, chargée d’études et de projets pédagogiques de la plateforme Aapriss
  • Marjolaine Huot-Royer, secrétaire générale de l'IFERISS

N.B. : le bureau pluridisciplinaire de chercheurs et enseignants-chercheurs est en cours de renouvellement, il compte habituellement 5 membres chercheurs (2 postes vacants).

Les inégalités sociales de santé, de quoi parle-t-on ?

camembert
camembert
On parle d’inégalités sociales de santé (ISS) lorsque la santé des individus ou des populations diffère selon leur position socioéconomique. On observe en effet des écarts de santé tout au long de la hiérarchie sociale, c’est ce que l’on appelle le « gradient social » de santé. Le gradient social de santé traverse l’ensemble de la population. Il ne s’agit donc pas uniquement d’opposer la population la plus pauvre, en situation de précarité et qui aurait une mauvaise santé, au reste de la population. Ce continuum est particulièrement marqué en France pour les inégalités sociales de mortalité prématurée, c’est-à-dire avant 65 ans. L’espérance de vie à 35 ans d’un ouvrier est ainsi inférieure de 6 ans à celle d’un cadre supérieur. Alors que l’espérance de vie ou l’état de santé moyen de la population s’améliore d’année en année, les écarts de santé continuent de s’agrandir entre les différents groupes sociaux et les ISS se creusent. Les enjeux autour des ISS sont très présents à tous les âges de la vie et dans toutes les dimensions de la santé que peuvent recouvrir ces inégalités.